Comment insérer un grand appartement à Beyrouth dans un petit appartement parisien? – Anne R.

4.6 (97%) 69 votes

 

tous les jours

En septembre 2005, j'ai atterri à Beyrouth dans le cadre d'un échange universitaire. Je ne savais rien du Liban. Comme beaucoup d'autres étrangers, je suis vraiment tombé amoureux. À la fin de mes études, je suis revenue vivre avec mon mari libanais et notre enfant à l'âge de plusieurs mois. Près de 10 ans ont passé. J'ai voyagé en tant que journaliste du nord au sud, d'est en ouest. J'ai la citoyenneté libanaise. Un enfant est né, j'ai adoré ce pays que nous avons décidé de quitter aujourd'hui. C’est la deuxième fois dans le carnet de voyage, émigration, que tant de Libanais sont encore en vie.

Un petit problème mathématique: comment amener un grand appartement à Beyrouth dans un petit appartement parisien déjà équipé? La réponse ne peut être que radicale: tout laisser, ou presque, au Liban. Ne prenez que les articles, documents, bijoux, photos et vêtements nécessaires. Déposez les plantes, les livres, les DVD, les coquillages et les dessins d'enfants de Tony. Rangez accordéon et buzuk, Playmobil et la raquette de tennis dans un endroit sûr. Et puis dites-vous qu'un jour nous reviendrons chercher tout cela. Dans un an ou cinq.

En attendant, il s’agit de faire de la place pour une nouvelle vie. Allez la lumière. Saisissez l’occasion de vous débarrasser de tout ce qui nous encombre pour écrire sur cette page vierge. À propos, notons que nous étions plus des fourmis que des cigales. Voici un billet pour la réserve de cèdre de Barouk, où il a recueilli des cailloux à Byblos. Et même une amende pour dépassement des heures de stationnement, heureusement payée depuis longtemps.

Quitter la lumière est un travail terrible. 10 ans de vie pour le tri, l'emballage. La question a au moins l'avantage d'éviter de penser et de poser trop de questions sur le passé, le présent et l'avenir.

Nous mettons un numéro sur chaque carton. Ce problème a été soigneusement réécrit sur le bloc-notes avec une description de son contenu. Nous avons 17 ans. À côté des boîtes se trouvent trois sacs à ordures XXL. Un pour les papiers, un pour le plastique, un pour l’électronique. Ils finiront dans un espace de recyclage. En outre, il ne faut pas imposer une mauvaise conscience à l’idée que tout ce qui est abandonné augmente les montagnes de gaspillage.

Et vous qui avez quitté votre pays, qu'est-ce que vous avez emporté avec vous? Raqwé et les épices m'ont avoué une famille de réfugiés syriens. Zaatar et Arak m'en ont dit un autre. Nous, si nous avons encore de la place dans le sac, prenons debs el-remmane, mélasse de grenade. Et s’il n’ya vraiment pas de place, rappelons-nous qu’il semble maintenant que nous trouvons tout en France.

En attendant, nous n'avons jamais mangé autant de manouches, kebbe, feuilles de vigne, shawarma, cocktails de fruits, halewet el-jebn et mafrouké … Une histoire qui contient toutes les merveilleuses saveurs du Liban dans notre corps.

Lire la première entrée de journal

Nous quittons le Liban

Dans les nouvelles