Les sauvages de Clemens Cogitore prennent l'Opéra Bastille

4.6 (97%) 74 votes

 

La nouvelle production de "Les Indes Galantes" Rameau et la première mise en scène d'opéra d'un jeune artiste et cinéaste français ont rencontré un vif succès.

par Publié le 30 septembre 2019 à 10h07

Il est temps pour Lecture 3 min.

Article sur les abonnés

"Les Indes galantes" de Rameau mis en scène par Clément Cogitore et à l'Opéra Bastille.
"Les Indes galantes" de Rameau mis en scène par Clément Cogitore et à l'Opéra Bastille. Petit shao

Ah ah! Cette nouvelle production Inde galante Rameau est-il béni par les dieux? Clément Cogitore, le 27 septembre à l'Opéra Bastille, a été l'un des succès publics les plus frappants dont rêvait le réalisateur. Son totem, un film en noir et blanc d'une durée de moins de six minutes, réalisé par un cinéaste, artiste plasticien, cinéaste et acteur pendant 36 ans en 2017e La scène de l'Opéra de Paris, dont la vidéo est devenue virale, s'élève, avec la "bataille" somptueuse des danseurs de Krump, la fameuse "Danse du grand Calumet de la Paix, interprétée par les Sauvages". Musique de 1735 dans les airs dans la rue: en 2015, Julien Chauvin et son Concert de la Loge l'ont proposée aux étudiants Trappes (Yvelines) dans le cadre d'un projet associant musique baroque, danse hip hop et chant choral (visible sur YouTube).

Cet article est réservé à nos abonnés Lire aussi Bintou Dembélé au corps en larmes, du hip hop au ballet

Il ne faisait aucun doute que les "sauvages" seraient le clou du programme. En fait, une apothéose magistrale, magnifiquement mise au point par le chorégraphe Bintou Dembélé, le pouvoir saisissant et la beauté vivifiante portée par la virtuosité fulgurante des danseurs. Malgré cela, il était justifié de penser à la première production d'opéra, qui devait animer plus de trois heures de musique entièrement gouvernée par la danse. Cogitore a pensé trouver une solution paradoxale: prendre la musique sous le pied (seules les scènes de tempête sont chorégraphiées à une certaine échelle) pour mieux gérer le bouquet final de son propre "défilé sauvage". L'omniprésence des danseurs au conseil d'administration revient généralement à la décoration et même à la figuration. Il y a quelques moments d'osmose entre le geste et la musique, comme dans l'air de Phani ("Come Hymen" dans "The Incas Peru") qui voit la flûte et la soprano flirter pendant que le magnifique danseur voguant utilise sa grâce androgyne sensuelle.

Au milieu du plateau, un cratère dont un énorme bras de grue extrait des éléments de décoration

Au milieu du plateau, un cratère – un volcan sur lequel la jeunesse d'aujourd'hui danse – ainsi qu'un énorme bras de grue ont extrait des éléments du paysage: le cadavre du bateau a écrasé des migrants dans "Generous Turk", de grandes barres LED du dieu soleil dans "Incas Peru", un rond-point enchanté pour enfants dans "Flowers, Persian fête »après une petite partie généralisée entre maîtres et esclaves rappelant les célèbres vitrines d'Amsterdam. Le fardeau et la prose fonctionnent. Quant au réalisateur de l'acteur, la débauche de costumes ne peut pas cacher son vide. "Prologue", avec un défilé de mode dirigé par Anna Wintour, les conquistadors de CRS armés comme un Playmobil, les migrants jouent avec des couvertures de survie, sans oublier le nombre pathétique de pom-pom girls hurlantes dans les jupes lamées des Savages.