Ian Brossat: «Les membres du LREM agissent comme Playmobil»

4.1 (96%) 67 votes

 

Ian Brossat, porte-parole du PCF et maire adjoint de Paris en charge du logement, était l'invité du "petit-déjeuner politique" de Patrick Roger le 20 janvier à Sud Radio, que l'on retrouvait du lundi au vendredi à 7.40.

Ian Brossat: "Les députés LREM se comportent comme Playmobil"

Pour Ian Brossat "la mobilisation contre la réforme des retraites est toujours à l'ordre du jourparce que le gouvernement n'a pas reculé. Il a donné l'impression qu'il reculait sur l'âge clé explique le microphone de Patrick Roger, mais il essayait en fait de tromper les Français parce que ce n'était qu'une retraite temporaire. De plus, l'âge du solde est toujours inclus dans la facture. Le mouvement se poursuit, la journée d'action nationale est prévue le vendredi 24 janvier et les Français soutiennent encore majoritairement le mouvement, Notes.

Le texte parviendra à l'Assemblée nationale, mais selon Ian Brossat "tout le monde connaît l'équilibre des pouvoirs à l'Assemblée nationale! Les élus de la République en marche sont dans la très grande majorité, et parce qu'ils se comportent comme des Playmobils, il ne se passe pas grand-chose ! Il suffit que le ministre dise "il faut voter pour" pour que tout le monde commence à voter, même parfois sans penser au contenu d'un projet donné ", pense non. Pour lui "se jouera par le biais de mobilisations et se jouera dans l'opinion publique. Le gouvernement peut être agité, dévoiler des trésors de communication, en fait la plupart des Français ne veulent pas de cette réforme. Ils comprennent très bien que cela entraînera une baisse des pensions: prendre sa retraite par points signifie une retraite moins importante" il parlera

"Il faut retirer ce projet et ne pas prendre les Français pour des imbéciles avec un retrait momentané d'un âge clé"

Patrick Roger a noté que le climat de violence a augmenté ces dernières semaines. "La violence n'est jamais un bon conseiller dit Ian Brossat. Nous devons nous rassembler largement et rassembler largement, nous ne devons pas recourir à la violence. La stratégie de dissolution du gouvernement peut conduire à de nombreux abus. le reconnaît. De ce point de vue, le gouvernement est responsable. Pour induire le pardon, il faut se retirer de ce projet et ne pas prendre les Français pour des imbéciles avec un retrait temporaire d'un âge clé. Nous discutons à nouveau, nous reportons les choses. "

Emmanuel Macron a été la cible de la colère des manifestants dans un théâtre parisien vendredi dernier. Pour Ian Brossat, c'est "parce quementi aux FrançaisDans ses engagements pendant la campagne présidentielle, il a déclaré qu'il ne toucherait pas à l'âge de la retraite et ne baisserait pas les pensions. Mais quand on regarde le projet de loi, pour les années 80, l'âge clé sera 67 ans. Ce sera une retraite plus tardive et une réduction des pensions est grave! pense non. Nous avons particulièrement besoin d'une mobilisation massive et pacifique».

Emmanuel Macron et Édouard Philippe accueillent les grands patrons à Versailles le 20 janvier. "Ils le font exprès! condamne Ian Brossat. Je n'ai aucun moyen contre le patron, il y a beaucoup de petits patrons qui font très bien leur travail, le reconnaît qui se battent pour la production en France. Mais il y a quelques milliardaires avides qui privent la grande majorité des Français des biens dont ils auraient besoin pour vivre correctement. La question du partage des richesses est au cœur de tout aujourd'hui ", dit-il.

"Je suis pour PMA, mais je ne suis pas pour la maternité de substitution. Je ne pense pas que l'un mène à l'autre"

Le débat sur la bioéthique débutera au Sénat. Dimanche 19 janvier, les manifestants ont été qualifiés d'homophobes. Peut-on débattre sans être traité d'homophobie? Se demande Patrick Roger. "Bien sûr, nous pouvons discuter de ce sujet et nous avons le droit de manifester dans notre pays sur tous les sujets ", dit Ian Brossat, qui lui rappelle qu'il est "est propice au PMA pour toutes les femmes, car selon lui, le PMA pour les couples est un pas vers l'égalité. Je suis pour PMA, mais je ne suis pas pour la maternité de substitution, qui est un autre problème associé à la marchandisation du corps fémininJe ne pense pas que l'un mène à l'autrePour lui tout sera fait et plus calme qu'au moment du mariage pour tous».

Municipalité de Paris: "soit nous continuons la coopération avec Anne Hidalgo ou nous revenons avec Rachida Dati"

L'étude Ifop-Fiducial pour JDD et Sud Radio, publiée le 19 janvier, montre qu'Anne Hidalgo court la course et utilise sans aucun doute la Division République en marche. "Je suis content d'avoir rejoint Anne Hidalgo. dit Ian Brossat, parce que nous nous sommes mis d'accord sur des propositions spécifiques, comme la gratuité des transports publics pour les moins de 18 ans ou la poursuite de notre politique de développement du logement social. Selon lui Les Parisiens se posent des questions tout simplement: soit on va toujours avec Anne Hidalgo vers l'écologie et la justice sociale, soit on revient et c'est plutôt Rachida Dati qui est candidate à cela. Offres Paris avant 2001, Avant Bertrand Delanoë».

Vivre à Paris devient de plus en plus cher, ce qui exclut certaines classes. "La municipalité n'a pas tous les contrôles, mais notre politique du logement lui permet 1 Parisien sur 4 vivant dans des logements sociaux. Un quart des Parisiens sont protégés des spéculations sur l'immobilier qui sont de modestes familles bourgeoises, dit-il. Un tiers des logements sociaux est réservé aux classes moyennes».

Par l'éducation, Ian Brossat explique qu'il ne soutient pas la réforme du BAC. "En introduisant un contrôle continu dans le réservoir, nous créons un réservoir à plusieurs vitesses».

Cliquez ici pour écouter «l'invité politique» avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Radio sud êtes ici!